Lexique


N'hésitez pas à me contacter pour enrichir ce lexique. Merci

Ab Intestat : personne décédée sans testament
Abboville : système de numérotation utilisé pour une généalogie descendante : l'ancêtre de départ porte le numéro 1, son ainé le N° 1.1, son cadet 1.2 etc. Le premier enfant de l'ainé est le 1.1.1 et le premier du cadet le 1.2.1 etc
Acte : écrit rédigé par un officier commis spécialement à cet effet par l'autorité juridique compétente dans le but de constater un fait : événement marquant de la vie d'un individu, convention entre personnes)
Acte notarié : acte rédigé par un notaire pour constater officiellement une convention entre des particuliers : acquisition immobilière, terrain, commerce. Ils renseignent généalogiquement les individus. On peut ainsi mieux connaître la fortune, le milieu social...
Acte sous seing privé : acte rédigé - sans l'intervention d'un notaire - pour entériner un accord et signé par les parties et leurs témoins
Adoption : acte juridique établissant une filiation "élective" entre adoptant et adopté et des relations de droit, similaires à celles résultant d'une filiation biologique
Adultérin : enfant né d'une relation extraconjugale. L’expression est remplacée aujourd’hui par « enfant naturel »
Agnat : descendant en ligne masculine. Une généalogie "agnatique" ne traite que de la descendance par les hommes et assurant la transmission du patronyme.
Agnatique : parenté par les hommes uniquement
Aïeul, aïeuls : père du père ou de la mère, ou grand-père – Le bisaïeul est le père du grand-père – Le trisaïeul celui du bisaïeul – puis, en remontant, le quadrisaïeul, le quintaïeul, le sextaïeul, le septaïeul, l'octaïeul
Aïeux : ensemble des ancêtres d'un individu
Aîné : désigne le premier né dans une fratrie. En usage sous l'Ancien Régime, le droit d'aînesse ou "primogéniture", conférait un avantage important dans les procédures de succession.
Alliés : individus unis entre eux par le mariage de l’un des deux avec un parent de l'autre (affins)
Ancêtre : personne dont est issu en ligne directe un autre individu
Apparenté : parent par mariage
Arbre généalogique : représentation graphique d'une généalogie
Archives : ensemble des documents sur différents supports : registres, microfilms, publics ou privés et déposés dans des dépôts ; Archives nationales, départementales, communales, diocésaines, notariales, militaires…
Armoiries : ensemble de devises, signes symboliques autrefois reproduits sur les écus et boucliers pour distinguer une famille, une ville
Ascendance : ensemble des générations qui ont précédé une génération actuelle.
Ensemble des personnes dont est issu un individu.
Ascendance : ensemble des ascendants (ancêtres), des générations dont est issu une personne
Auteur : en généalogie l’auteur désigne l’ancêtre commun à plusieurs branches


Bans : proclamation des bans, annonce de mariage à la mairie, généralement pendant trois dimanches successifs, en vue de permettre à quelqu'un de contester le dit mariage en en faisant connaître les raisons (civiles ou canoniques)
Bâtard : enfant né d’une union illégitime, hors mariage
Beau-fils : gendre ou fils issu d'un précédent mariage
Beau-frère : mari de la sœur, frère du conjoint ou époux de la sœur du conjoint
Beau-père : père de l'époux ou de l'épouse d'une personne ou autre époux de sa mère
Belle-fille : bru, épouse du fils ou fille issue d'un précédent mariage
Belle-mère : mère du conjoint ou autre épouse de son père
Belle-sœur : épouse du frère, sœur du conjoint, ou épouse du frère du conjoint
Benjamin : le plus jeune enfant d’une famille
Bisaïeuls : arrière-grands-parents
Blason : ensemble armoiries (signes, figures, devise) qui composent un écu
BMS : registre BMS - Registre contenant les actes de Baptême, Mariage et Sépulture tenus par les curés de Paroisse. Après la Révolution ces registres d'Etat-Civil (NMD) sont tenus par les mairies et transcrivent les actes de Naissance, Mariage et Décès
Branche : division d'un arbre généalogique - branche paternelle, maternelle
Bru : belle-fille, épouse du fils
Brumaire : 2ème mois d’automne (brouillard) du calendrier républicain commençant le 22, 23 ou 24 octobre et se terminant le 20, 21 ou 22 novembre selon les années


Ca : abréviation du latin "circa" qui signifie environ - S’inscrit quand on ne connait pas la date exacte
Cadastre : ensemble de documents détaillant le découpage d’une commune en propriétés en reportant les noms de propriétaires en vue de leur imposition. Date de Napoléon 1er dans sa conception moderne (création en 1791). Il permet de connaître avec certitude le propriétaire de chaque parcelle de terrain. La consultation des cadastres permet de connaître les différents propriétaires successifs d'une maison ou d'un terrain en informant le nom, prénoms, domicile et type du bien (maison, écurie, terre labourable, vignes, pré...)
Cadet, cadette : enfant d'une fratrie, qui nait après l’aîné. Quand le cadet meurt sans postérité, on appellera "branche cadette" celle issue de son frère puîné le plus proche
Cahier de grossesse : registre des déclarations de grossesse dès 1556, obligeant les mères célibataires et les veuves à déclarer leur grossesse
Calendrier républicain : il commence rétroactivement le 22 septembre 1792 (jour de l'établissement de la République). Appelé aussi calendrier révolutionnaire français, il fut créé pendant la Révolution française et utilisé de 1792 et abolit par Napoléon en l’an XIV soit 1806. Il a duré brièvement durant la Commune de Paris (1871). La Révolution ayant fait de la France un État laïque, ce calendrier avait pour but d'effacer de la mémoire des Français le calendrier grégorien, étroitement lié au christianisme, bien que celui-là soit régi suivant une règle de décalogue (dix commandements). L'année est divisée en 12 mois de 30 jours, chaque mois est divisé en 3 décades (10 jours), 5 jours sont rajoutés (360 + 5 = 365) : les sans-culottides : Vertu, Génie, Travail, Opinion et Récompenses et le jour supplémentaire des années bissextiles était la fête de la révolution. Les noms des mois (répartis dans ce lexique) et des jours (des noms de plantes, d'outils ou d'animaux tels, tomate, faucille ou chien remplacent les noms des Saints) furent conçus par le poète Fabre d’Eglantine avec l'aide d'André Thoin, jardinier du jardin des plantes du Muséum National d’Histoire Naturelle. Chaque nom de mois rappelle un aspect du climat français (décembre, nivôse, la neige) ou des moments importants de la vie paysanne (septembre, vendémiaire, les vendanges). De ce fait, ce calendrier, que ses concepteurs voulaient « universel », était fortement lié à son pays d'origine et au poids économique que représentaient les activités agricoles à l'époque
Carême : temps de pénitence durant 40 jours entre le mercredi des cendres et Pâques, consacré à la prière et au jeûne et au cours duquel la célébration de mariages était proscrite
Célibataire : ce dit d’une personne en âge de se marier et qu’il ne l’est pas
Chartrier : ensemble des documents officiels (chartes) prouvant la légitimité les biens et titres d'une famille, attestant de ses droits et privilèges
Cognat : parent par les femmes
Cognatique : qualifie une généalogie représentant exclusivement la filiation par les femmes
Collatéral : parent ou descendant d'un ancêtre commun mais par un frère, tante, un cousin, nièce …
Commère : désignait la marraine
Compère : désignait le parrain
Compoix : cadastre rudimentaire entre le 14 et 18ème siècle avec arpentage et estimation de toutes les parcelles dans les régions françaises de langue occitane
Conjoint : concubin, concubine désigne chacun des époux considéré par rapport à l’autre
Consanguin : enfant né du même père mais non de la même mère (par opposition à utérin)
Consanguinité : parenté par le sang de personnes ayant un ancêtre commun et lien unissant des enfants né d’un même père
Conscrit : jeunes gens de 20 ans nés la même année (ou classe), inscrits sur les rôles de l'armée en vue d'accomplir leur service militaire : l'incorporation des conscrits; conscrits bons pour le service
Contrat de mariage : convention par laquelle les futurs époux déterminent leur régime matrimonial
Cousin germain : lien familial avec les enfants d’oncles ou tantes paternels ou maternels
Cousin issu de germain : cousin issu d'un cousin germain, donc des petits-enfants de frères ou sœurs          

De cujus : synonyme de "probant". Désigne celui ou celle à partir du ou de laquelle on commence la recherche généalogique
Degré de parenté en droit canon : le degré de parenté est le nombre de générations qui séparent deux individus par rapport à leur ancêtre commun. Ainsi un père et un fils sont parents au premier degré, de même pour un frère et une sœur. Deux cousins germains sont parents au deuxième degré, etc
Degré de parenté en droit civil : on part d'un premier individu, remontant jusqu'à l'ancêtre commun pour redescendre ensuite jusqu'à un second individu. Un frère et une sœur sont ainsi parents au second degré. Un oncle et son neveu le seront au troisième degré.
Dénombrement : recensement de population, d'électeurs ou de contribuables le premier datant de 1774
Descendance : ensemble des personnes issues d'un individu ou d'un couple
Descendant : individu né après un autre, auquel il est relié par un lien biologique direct
Déshérence : absence d’héritiers pour recueillir une succession
Dîme : impôt au Moyen Âge prélevé par l'Église et calculé environ sur 1/10ème des produits de la terre ou de l’élevage
Diocèse : territoire placé par l'Église sous l'autorité d'un évêque
Dispense de consanguinité : désigne un accord donné par un évêque ou par le pape autorisant un mariage entre cousins
Dispense pour affinité : accord donné par un évêque autorisant un mariage entre personnes liées par des liens d'affinité spirituelle ou non
Donation entre vifs : acte juridique qui permet à une personne, le donateur, de transmettre de son vivant et de manière irrévocable et gratuitement, un bien lui appartenant à une autre personne le donataire, qui l'accepte
Dot : bien qu'une femme apporte en mariage donner en dot, constituer une dot, assurer la dot, payer la dot
Douaire : ensemble des biens assignés en usufruit par le mari à sa femme survivante


Ecrou : acte authentique constatant officiellement l’entrée et la sortie d’un prisonnier dans une prison. On relève dans les registres d’écrou les noms des détenus
Édit : Loi publiée sur l'ordre d'un Roi et s'appliquant sur toute l'étendue du royaume.
Enfant légitime : se dit d'un enfant né de parents unis par les liens du mariage inscription sur les actes de naissance
Edit de Nantes : est un édit de tolérance signé le13 avril 1598 par Henri IV, par lequel le roi de France reconnaît la liberté de culte aux protestants. Henri IV lui-même ancien protestant avait choisi de se convertir au catholicisme afin de pouvoir monter sur le trône du royaume de France après la mort de son cousin Henri III. La promulgation de cet édit mit fin aux guerres de religion qui ravagèrent le royaume de France au XVIème siècle provoquant l’émigration de 200 000 huguenots
Enfant légitimé : le mariage valide la paternité voire la maternité. C'est un enfant illégitime (en général né de père "non dénommé", c'est le nom officiel pour père inconnu) qui, lors du mariage de l'un de ses deux parents (en général sa mère), est reconnu comme légitime par l'autre (en général le mari)
Enfant naturel : enfant conçu hors des liens du mariage en général, seule l’identité de la mère est connue
Enfant reconnu : un des parents reconnaît être l'auteur ou enfant reconnu par le père et parfois par la mère, quand il est naturel ou adultérin
Enfant trouvé : enfant dont on ne sait rien, qui a été trouvé, soit dans une église, couvent ou n'importe où. Il s’agit généralement d’enfant abandonné sans filiation connue
Empêchement de parenté : interdiction du mariage en raison d'une parenté entre les futurs conjoints à un degré prohibé par la loi
Épitaphier : recueil des épitaphes ou des inscriptions funéraires
Épitaphes : anciens discours célébrant les défunts désignent aussi des inscriptions à leur mémoire sur leurs tombeaux
État civil : ensemble des actes de Naissance, Mariage et Décès (NMD) laïcisée depuis 1792 autrefois appelés actes paroissiaux dont les actes transcrits sur des registres étaient tenus par les curés (B,M,S)
État matrimonial : désigne la situation conjugale d'une personne au regard de la loi : célibataire, mariée, veuve, divorcée.
Ethnonyme : relatif à l’ethnique est souvent utilisé comme un synonyme de gentilé et désigne un nom d'habitants : les Corses, les Lorrains, au sens de nom d'habitants par rapport à un lieu (pays, province, ville...)
Expédition : copie d'un acte notarié destiné aux parties concernées


Feu : désigne un ménage, une famille où l’ensemble des individus vivant autrefois "autour du même feu", y compris les domestiques. Le foyer ou feu était l'unité dans le décompte la population des villes et villages tenu par le clergé en France au Moyen Âge à partir des cheminées des bâtisses (10 personnes par foyer)
Filiation : lien qui unit un individu à son père ou à sa mère. On en distingue 3 en France (enjeux juridiques) : filiation légitime, naturelle et adoptive
Filleul(e) : personne dont on est le parrain ou la marraine lors de la célébration du baptême
Floréal : 2ème mois du printemps (fleur) du calendrier républicain commençant le 20, 21 ou 22 avril et se terminant le 19 ou 20 mai selon les années
Fonds : ensemble de documents conservés dans un dépôt d'archives ou dans une bibliothèque
Fratrie : ensemble des frères et sœurs d’une famille
Frimaire : 3ème mois d’automne (frimas) du calendrier républicain et commençant le 21, 22 ou 23 novembre et se terminant le 21, 22 ou 23 décembre selon les années
Fructidor : 3ème mois de l’été (fruits) du calendrier républicain commençant le 18 ou août et se terminant le 20 ou 21 septembre selon les années


Gabelle : impôt sur le sel en vigueur en France au Moyen Âge et sous l’ancien régime
Gedcom : spécification pour l'échange de données généalogiques entre plusieurs systèmes ou logiciels de généalogie. GEDCOM est l'acronyme de GEnealogical Data COMmunication. La désignation française courante est norme GEDCOM
Gendre : beau-fils, époux de la fille par rapport au père ou à la mère
Généalogie : science qui a pour objet la recherche de l’origine et l’étude de la composition des familles
Généalogie ascendante : recherche des ancêtres d’une personne
Généalogie descendante : recensement des descendants d'une personne
Généalogiste : celui qui établit des généalogies c’est à dire l’étude des familles
Génération : en généalogie, ensemble d’êtres, de personnes qui descendent d’un individu à chaque degré de filiation. Toute personne constitue la 1ère génération (G1), ses parents la 2ème génération (G2), ses grands-parents la 3ème et ainsi de suite
Génome : ensemble de gènes portés par les chromosomes on parle de patrimoine génétique, patrimoine héréditaire
Génétique : science de l’hérédité dont une de ses branches, la génétique formelle s'intéresse à la transmission des caractères héréditaires entre des géniteurs et leur descendance
Germain : s’emploie pour désigner les frères et sœurs nés des mêmes père et mère
Germinal : 1er mois du printemps (germination) du calendrier républicain commençant le 21, 22 ou 23 mars et se terminant le 19 ou 20 avril selon les années
Grosse : copie d'un acte authentique notarié destinée à l'une des parties concernées et revêtue de la formule exécutoire


Héraldique : discipline ayant pour objet la connaissance et l'étude des armoiries et des blasons de communautés ou de familles
Hérédité : transmission des caractères des parents aux enfants. On attribue souvent ce mot à l’hérédité génétique
Héritier : individu qui reçoit des droits de succession ou un patrimoine lors du décès d’une personne
Hoir : se dit d’héritier direct
Hypothèque : droit accordé à un créancier sur un bien immobilier garantie d'une dette sans que le propriétaire du bien qui constitue la garantie en soit dépossédé
 

de i à z



Implexe : L'implexe est un terme utilisé en généalogie qui désigne le rapport entre le nombre réel et le nombre théorique d'ancêtres d'une personne
Indigent : personne privée de ressources, terme souvent relevé dans les tables de successions et absences
Indivis(e) : L'indivision est un concept juridique lié à la notion de propriété. Un bien est dit indivis lorsqu'il appartient à un ensemble de personnes, provenant d’une succession, d’une donation sans que l'on puisse le répartir en lots entre elles, ni qu'elles puissent en vendre leurs parts sans l'accord des autres
Insinuation : formalité d'enregistrement par transcription tenu au Greffe du Tribunal et progressivement étendue à d'autres actes intéressant les biens et les personnes.
Intestat : "Ab intestat" locution latine signifiant qu'une personne est décédé sans faire de testament
Inventaire après décès : dénombrement et évaluation des biens d’une personne. Etablit par un notaire, il est le reflet de la condition sociale du défunt. Il dresse avec minutie les meubles meublant la maison jusqu’à inventorier les vêtements et qualifier leur usure
L’inventaire est encore utilisé de nos jours pour le calcul de l'impôt sur les successions
Issus de germain : fils d’un(e) cousin) germain) du père ou de la mère d’une personne. Ils sont donc issus de deux cousin(e)s germain(e)s différent(e)s


Juridiction : synonyme de tribunal distinguant l’ordre administratif (tribunaux) et l’ordre judiciaire (tribunaux civils). La juridiction d'un tribunal c'est aussi l'étendue territoriale de sa compétence


Légitime : se dit d'un enfant né de parents officiellement mariés
Légion d’Honneur : L’ordre national de la Légion d’honneur est la compagnie honorifique qui, avec le grand chancelier de l'ordre et le Grand Maître est chargé de décerner la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense depuis ses origines les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation
Legs : disposition testamentaire prise au bénéfice d'une ou de plusieurs personnes dites légataires, voire d'une collectivité
Lignage, Ligne, Lignée : ensemble des personnes des générations successives de parents. Chaque génération s’appelle un degré. Elle est dite collatérale lorsqu’elle concerne des personnes qui ne descendent pas les unes des autres mais d’un ancêtre commun
Ligne collatérale : frères et sœurs et leurs ascendants ou descendants
Ligne directe : lignée directe entre différentes générations, fils, père, grand-père, arrière grand-père...
Livret de famille : institué en 1877, il contribuera de manière notable à la fixation des noms de famille. Il est délivré aux époux à l'issue du mariage
Livret militaire : il précise l'état civil complet du militaire date et lieu de naissance, identité des parents, domicile donne état de son signalement physique couleurs des yeux et des cheveux, cicatrice, et complète sur la carrière militaire de l'individu : service militaire, participation à une guerre, blessures et décorations, le degré d’instruction


Manuscrit : texte ou ouvrage écrite à la main généralement unique exemplaire
Marâtre : belle-mère des enfants nés d’un précédent mariage
Marguillier : avait dans chaque paroisse, la charge du registre des personnes qui recevaient les aumônes de l'Église. Il servait d'aide au sacristain, nommait et révoquait les chantres, les bedeaux... Ce n'est pas une profession mais une charge
Mariage : acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques du Code Civil, par les lois religieuses ou par coutumes
Mariage consanguin : mariage entre cousins
Marraine : femme qui présente un enfant au baptême
Matrice cadastrale : document énumérant les parcelles appartenant à chaque propriétaire dans les communes. Elles sont utilisées lorsque l’on connaît le nom du propriétaire mais pas la liste de ses biens.
Matronyme : nom de famille transmis par la filiation maternelle
Médaille militaire : instituée par décret du 22 janvier 1852 pour honorer les soldats et sous-officiers qui se sont distingués lors de campagnes ou lors d'opérations militaires
Mégissier : tailleur de petites peaux
Mendigot (e) : mendiant
Meneau : montants fixes divisant une fenêtre en compartiments notamment dans l’architecture du Moyen Âge et de la Renaissance
Mention marginale : Ce sont les évènements d'état civil portés en marge sur l’acte de naissances et qui se sont produits après la rédaction de l'acte d'état civil mariage, divorce, reconnaissance mais définitivement actualisé par le décès de la personne
Messidor : 1er mois de l’été (moissons) du calendrier républicain commençant le 19 ou 20 juin et se terminant le 18 ou 19 juillet selon les années
Métairie : propriété foncière exploitée selon un contrat de métayage, bail d’exploitation agricole pour une durée déterminée contre souvent partage des fruits et des pertes
Métayer : exploitant agricole lié au propriétaire foncier par un contrat de métayage moyennant le partage des fruits et des pertes. Le métayage est encore appelé bail à colonat partiaire. La suppression de ce type de bail a été adoptée par le Parlement le 27 juillet 2010 et les baux en cours vont être automatiquement convertis en baux à ferme (sont concernés les départements d’Outre-mer)
Minute : écrit original d'un jugement ou d'un acte notarié dont il ne peut être délivré aux intéressés que des copies appelés (grosses ou expéditions) ou des extraits
Monographie : document qui constitue une étude détaillée d'un sujet déterminé en histoire, un personnage, sa vie, un village. Dans les bibliothèques, on utilise ce terme comme synonyme de livre ou de volume


Naturel : se dit d'un enfant né de parents non mariés
Neveu, nièce : désigne l’enfant d’un frère ou d’une sœur
Nivôse : 1er mois de l’hiver (neige) du calendrier républicain et commençant le 21, 22 ou 23 décembre et se terminant les 4, 5 ou janvier selon les années
NMD : abréviation de Naissances, Mariages, Décès. Actes de l’Etat civil depuis 1792 tenus dans des registres (anciennement BMS)
Nobiliaire : registre des familles nobles d’une province ou d’un pays
Noblesse : dans l’ancien droit, élément de l’état des personnes qui, après collation par l’autorité royale d’un titre transmissible, bénéficiaient de certains privilèges. La noblesse n’est plus une « classe privilégiée » depuis la loi du 4 août 1789
Nom : vocable servant à désigner une personne, porté par les membres d’une même famille et dont il peut être obtenu le changement
Notaire : Officier public qui reçoit et rédige des actes, des contrats pour leur conférer un caractère authentique et obligatoire
Numérotation d'Aboville : terme généalogique. Système de numérotation permettant d'identifier les descendants d'un ancêtre commun et utilisé lorsqu'on établit une généalogie descendante. La numérotation part de l'ancêtre commun à qui il est attribué le numéro 1.
A chaque descendant direct, on attribue soit le numéro de son père (si c'est celui-ci qui descend de l'ancêtre commun) soit celui de sa mère, auquel on ajoute son numéro d'ordre de naissance :
l'aîné(e) des enfants de l'ancêtre commun est le 1.1, le second le 1.2., ..., puis les enfants de l'aîné(e) : 1.1.1, 1.1.2..., et les enfants du puiné(e) : 1.2.1, 1.2.2,...
Lorsque des enfants sont issus de lits différents, on ajoute une lettre de l'alphabet par lit : a pour le premier, b pour le second... Si l'ainé(e) a eu des enfants de 2 lits ceux-ci reçoivent les numéros 1.1a.1, 1.1a.2, 1.1b.3,...
En comptant le nombre de numéros, on peut établir le nombre de générations entre l'ancêtre commun et son descendant. Par exemple, le 1.2.3.2 est un descendant de la 4 e génération.
Cette méthode a été définie vers 1940 par Jacques d’Aboville
Numérotation Pélissier : utilisée en généalogie descendante. Système similaire à la numérotation d'Aboville, mais l'individu dont on recherche la descendance ne portera pas de numéro, son premier enfant portera la lettre A en majuscule si c'est un garçon, et a en minuscule si c'est une fille. Ainsi un individu ayant successivement un fils, un fils, puis deux filles, on leur attribuera les lettres A, B, c, et d. On poursuivra, selon le même principe de numérotation, de génération en génération. Les enfants du fils aîné, une fille et un garçon, une fille seront numérotés Aa, AB et Ac.
Pour distinguer les différentes unions, on intercalera à la numérotation le chiffre 1 pour la première, 2 pour la seconde, etc. Un enfant naturel sera signalé par le chiffre 0. Dans l'exemple ci-dessus, le premier fils du second mariage de la dernière fille de l'individu de référence sera le d2A.
Numérotation Sosa-Stradonitz : utilisée en généalogie ascendante. La personne choisie comme base de l'arbre généalogique est le n° 1, son père le n° 2, sa mère le n° 3 ; hormis le personnage central portant le n° 1, les hommes reçoivent ainsi toujours un numéro pair et les femmes un numéro impair. Le père porte un numéro égal au double de celui de son fils (ou de sa fille) et à la moitié de celui de son père. Le numéro de la mère sera le double de celui de son fils (ou de sa fille) + 1. Le premier numéro d'une génération donne le nombre d'ancêtres à cette génération. Par exemple, le n° 8 nous indique qu'il y a 8 ancêtres à la 4ème génération. Un même ancêtre peut apparaître plusieurs fois dans la généalogie : c'est un implexe. L'ancêtre porte alors plusieurs numéros de sosa. La numérotation sosa établie n'est valable que pour un individu. Pour ses enfants ou ses petits-enfants, la numérotation est à refaire. Ce système ne tient compte que des ascendants directs. Les collatéraux n'ont pas de numéro


Obiit : La mention obiit en marge d'un acte de naissance, indique que la personne baptisée est décédée. En général, il s'applique aux décès d'enfants en bas-âge dispensant au curé chargé de rédiger les actes d'écrire un nouvel acte
Obituaire : registre renfermant le nom des morts et la date anniversaire de leur sépulture afin de célébrer des offices religieux pour le repos de leur âme
Octroi : droit de passage, il était un perçu moyennant finances sur certaines denrées à leur entrée dans une ville. Il a été définitivement supprimé en 1948
Office : dignité consentie par un roi ou un seigneur, permettant à un individu l'exercice d'une charge administrative
Officialité : Tribunal ecclésiastique
Ondoiement : cérémonie simplifiée du baptême utilisée en cas de risque imminent de décès (mention d'enfant ondoyé dans les anciens registres paroissiaux) souvent pratiqué par la sage-femme et qui se limitait à verser de l’eau sur la tête. Si l’enfant survivait, le rite religieux du baptême était officié par le curé selon les rites habituels
Onomastique : lexicologie qui étudie l’origine des noms propres associée souvent à l’étude des noms de famille (anthroponymie) et celle des noms de lieux (toponymie)
Ordonnance : en France, texte émanant du roi qui concernait plusieurs matières et s’appliquait à tout le royaume
Ordonnance de Blois : promulguée par Henri III en 1579 contient de nombreuses dispositions concernant la police générale du royaume et touchant à différents domaines marquant une étape fondamentale du droit public français. Elle impose notamment la tenue d’un registre de mariages tenu par les curés afin de lutter contre les mariages clandestins, mais touche aussi des questions relatives à l'organisation de la justice aux offices, l’Université ou encore aux hôpitaux
Ordonnance de St-Germain-en-Laye (Code Louis) : Louis XIV promulgue en 1667 l’Ordonnance de Saint Germain en Laye, qui participe du Code Louis et exige la tenue des registres paroissiaux en double, à la suite et sans blanc pour éviter les fraudes et pouvoir pallier la destruction d'un dossier. Une copie doit être déposée à la sénéchaussée ou bailliage. L'objectif de Louis XIV aurait été de permettre un recensement de la population


Paléographie : est l'étude des écritures manuscrites indépendamment de la langue utilisée grec, grec ancien, latin français classique
Parâtre : beau-père des enfants nés d’un précédent mariage
Parenté : lien unissant des personnes par le sang. Elle est directe lorsque les personnes descendent les unes des autres ou qui descendent d’un ancêtre commun mais aussi liées par des règles sociales ou juridiques
Parentèle : ensemble des personnes qui ont un lien de parenté entre elle
Parpaillot : nom donné aux protestants dès le XVIème siècle
Parrain : homme qui présente un enfant au baptême
Patrimoine : ensemble des biens et obligations d’une personne et ensemble des biens hérités par les père et mère, constitue les biens de famille
Patronyme : nom qui vient du père transmis par filiation paternelles ou par la femme mère d’un enfant nature
Peine de mort : La peine de mort ou peine capitale est une peine prévue par la loi consistant à retirer la vie à une personne ayant été reconnue coupable d'une faute qualifiée de crime capital.
La loi d'abolition a été promulguée le 9 octobre 1981 en France, dernier pays de la communauté européenne à l’abolir. Depuis le 19 février 2007 l'abolition de la peine de mort est inscrite dans la Constitution
Permission : congé de courte durée accordé à un militaire
Pluviôse : 2er mois de l’hiver (pluie) du calendrier républicain et commençant le 20, 21 ou 22 janvier et se terminant les 18, 19 ou 20 février selon les années
Postérité : terme désignant l'ensemble des descendants d'un individu. Une personne sans postérité signifie qu’elle n’a pas eu d’enfant
Prairial : 3ème mois du printemps (prairies) du calendrier républicain commençant le 21 ou 22 mai et se terminant le 18, ou 19 juin selon les années
Prénom : vocable servant à distinguer les membres d’une même famille ou les individus portant un patronyme identique. Cependant il arrive de rencontrer dans une fratrie 2 frères portant le même prénom. On leur donne alors un surnom l’aîné ou on l’appelle par son deuxième prénom
Probant : autre terme désignant le de cujus qui cherche ses ascendants
Préciput : droit reconnu à certaines personnes qui y sont conviées de prélever, avant un partage, une somme d'argent ou certains biens de la masse à partager
Probant : personne qui, sous l'Ancien Régime, devait fournir ses preuves de noblesse.
Le terme désigne aujourd'hui plus généralement tout individu qui établit sa propre généalogie ascendante
Protestant : désigne celui qui témoigne sa foi. Elle est basée sur le salut par la foi seule et sur le sacerdoce universel et s'articule autour de la lecture de la bible et de son prolongement : le culte dominical. Deux sacrements seulement lui suffisent : le baptême et la communion dite aussi Sainte Cène. L'autorité : la seule autorité reconnue est celle de la parole de Dieu, c'est à dire la Bible (dite aussi Saintes Écritures), d'où la nécessité de sa lecture. Le protestantisme ou christianisme protestant regroupe l'ensemble des courants religieux chrétiens issus du catholicisme qui prennent naissance en Europe lors de la Réforme (scission entre l'Église catholique et les Églises protestantes) sous l'impulsion de théologiens tels que Martin Luther (1483-1546), Ulrich Zwingli (1484-1531), Jean Calvin (1509-1564). Les protestants français, d'abord appelés « luthériens » au début par leurs adversaires, seront ensuite nommés par dérision les Huguenots puis religionnaires
Publication des bans : a pour vocation de faire connaître le mariage à tous afin que toute personne soit à même de s'y opposer, en démontrant d'éventuels empêchements
Puîné : terme désignant tout enfant né après l'aîné, qu'il s'agisse du second ou cinquième. A l'usage, on distinguera généralement le deuxième, appelé le "cadet", puis les suivants, qualifiés de "puînés", à l'exclusion du dernier qui appelé le "benjamin"
Pupille de l'État : enfant abandonné, souvent orphelin et confié, sous certaines conditions aux services de l'aide sociale à l'enfance
Pupille de la Nation : ce sont les enfants des victimes de guerre et adoptés par la Nation depuis la loi du 27 juillet 1917. Ils ont droit à la protection et au soutien moral et matériel de l'Etat jusqu'à l'âge de 21 ans. Les dossiers de ces enfants sont suivis et gérés par l'Office départemental des Anciens Combattants


Quarteron (onne) : métis ayant un quart d’ascendance de couleur et trois quarts d’ascendance blanche
Quartiers : ensemble des ancêtres composant une même génération. Ce terme était employé à l'origine pour la noblesse alors synonyme d’ancêtre


Recensement : opération administrative qui consiste à faire le dénombrement de la population d’une ville. Le premier date de 1774. Selon les époques les registres relevaient des détails concernant l’individu âge, nationalité, parfois la religion, la profession, date et lieu de naissance. Depuis 1801, un recensement général de la population a été organisé tous les cinq ans, jusqu'en 1946 (sauf quelques-uns supprimés ou retardés en temps de guerre)
Recherche de paternité : procédure destinée à faire reconnaître un enfant comme étant le sien, à un individu qui, a priori, ne souhaite pas le faire volontairement
Recensement militaire : dénombrement des jeunes soumis aux obligations du service militaire
De 1798 à 1818 : La loi Jourdan-Delbrel du 19 fructidor de l’an VI (5 septembre 1798) institue la conscription. Le service militaire est obligatoire pour tous. Il n’existe plus d’armée de métier formée de nobles et de mercenaires. Chaque Français est déclaré soldat de 20 à 25 ans soit par engagement volontaire soit par la conscription. Un tableau de recensement est dressé par commune et par canton. Ces tableaux sont dressés par classe et mentionnent les noms, prénoms, année et jour de naissance, la taille, la profession, la commune du domicile. Les conscrits sont recensés dans la commune de leur domicile ou de celle de leurs parents.
De 1818 à 1872 La loi du 10 mars 1818 dite « loi Gouvion-Saint-Cyr » modifie sensiblement le système de la conscription. La désignation du contingent se fait à la fois en fonction de la population des départements (suivant les recensements) et par tirage au sort avec possibilité de remplacement. La durée du service militaire est de 6 ans. Le tirage au sort a lieu au chef-lieu de canton en séance publique devant le sous-préfet et les maires. Les jeunes gens sont appelés dans l’ordre du tableau de recensement pour prendre un numéro dans une urne. Suivant le numéro, certains seront dispensés de toute obligation militaire, les autres se présenteront devant le conseil de révision qui jugera de l’aptitude physique et des causes de dispense ou d’exemption. De 1872-1897 la loi Cissey modifie le recrutement de l’armée. Elle instaure un service militaire universel d’une durée fixée par tirage au sort (cinq ans ou un an). Le remplacement militaire est supprimé. Des registres matricules sont dressés par département à partir des listes de recrutement des cantons ; ces registres mentionnent l’incorporation de chaque homme inscrit et tous les changements qui peuvent intervenir dans sa situation (affectations, changement de domicile). En 1905, le service militaire devient national, personnel, obligatoire et d’une durée égale pour tous. Le tirage au sort disparaît (loi du 21 mars 1905). Depuis 1997 le service national est suspendu
Réforme : d'un point de vue historique, il s'agit de la remise en cause des préceptes de l'Église catholique par certains théologiens. Elle a donné naissance au protestantisme.
Registre d’écrou : détaille le parcours des détenus. A côté du numéro d'écrou proprement dit et des éléments relatifs à l'état civil, on trouve une description physique, la liste des effets personnels remis au greffe de l'établissement, les actes sur lesquels est fondée la détention, les dates d'entrée et de sortie, la durée prévue de la peine
Régime dotal : biens de la femme constitués en dot inaltérables, administrés et tutilisés par mari. Ce régime matrimonial a été supprimé en 1965
Régime matrimonial : statut qui gouverne les intérêts pécuniaires des époux.
En France, le droit des régimes matrimoniaux est une branche du droit regroupant les règles qui s'appliquent aux époux liés par le mariage pendant leur vie commune et au moment de la dissolution de leur union. La gestion des biens, les obligations pécuniaires des époux envers les tiers, leurs obligations familiales, la composition de leurs patrimoines (biens communs, propres ou indivis) pendant et après le mariage sont décrits dans leur régime matrimonial
Registres paroissiaux : à l’origine appelés registres de catholicité jusqu’en 1792 ils regroupaient l’ensemble des actes de Baptême, Mariage et Sépulture (BMS) et étaient rédigés par les prêtres au niveau de chaque paroisse. Ils sont devenus la propriété des communes
Registre paroissial : à l'origine registre de catholicité, c’est un livre dans lequel étaient enregistrés les actes d'appartenance à une confession chrétienne dans une paroisse
Réserve militaire : constituée de civils, réservistes susceptibles de remplir les fonctions de militaires pour renforcer les armées
Retrait lignager : technique médiévale permettant aux héritiers de rentrer en possession d´un héritage vendu en remboursant le prix d´achat de celui-ci. Il affirme le droit de reprise au cas de vente d'immeubles aux membres du lignage (par descendance cognatique). Cette technique se fonde donc sur une copropriété latente sur les biens. Utilisé jusqu'en 1789 avec des variantes régionales, il constituait une entrave à l'exercice des droits individuels et se révélait particulièrement gênant pour l'acquéreur d'un bien
Rôle : en administration publique : catalogue ou registre officiel, contenant une liste ordonnée rôle des impôts, rôle de la taille


Sceau : cachet, empreinte destinée à garantir l'authenticité d'un document ou d'une information, et à rendre évidente son éventuelle divulgation ou son altération. Le terme désigne également l'objet qui permet de réaliser cette empreinte. L'étude des sceaux fait l'objet d'une discipline, la sigillographie. Les sceaux de plomb apparaissent au IVe siècle et ceux de cire au XIIe siècle.
Scellés : bande papier ou d’étoffe fixée par un cachet de cire marqué d’un sceau afin d’empêcher provisoirement l’ouverture d’un meuble, d’un local. Au XIXe siècle, les scellés servaient essentiellement pour garantir le fret des marchandises et sont à base de fils de fer torsadés.
Sénéchal : Officier local de l'administration royale. Equivalent dans le sud de la France et certaines régions spécifiques au "Bailli".
Sénéchaussée : Juridiction d'un Sénéchal. Equivalent dans le sud de la France et certaines régions spécifiques au baillage
Sépulture : lieu où est inhumé un défunt
Série : subdivision de classement identifiée par une lettre notamment dans les Archives Départementales
Servitude : La "servitude" ou service foncier est une charge qui est imposée à un fonds dit "fonds servant" pour le profit d'un fond bénéficiaire dit " fond dominant". Il en est ainsi, par exemple, de la servitude de passage au profit d'un fonds enclavé
Servitudes prédiales : expression synonyme des servitudes réelles et qui est utilisée pour mieux distinguer des anciennes servitudes féodales par oppositions aux servitudes personnelles, celles-ci étant désignées habituellement par leurs noms particuliers d’usufruit et d’usage. Ce terme se fait de plus en plus rare à notre époque
Sigillographie : Science de l'étude des sceaux
Sosa : Sosa-Stradonitz numéro que l'on attribue à un ancêtre. Terme simplifié utilisé pour la numérotation
Sosa 1 : l’individu étudié appelé aussi le de-cujus
sosa 2 : son père                                                                               8      9  10      11   12      13   14      15
Sosa 3 : sa mère                                                                                     l             l               l                 l
Sosa 4 : son grand-père paternel                                                            4           5              6                7    
Sosa 5 : sa grand-mère paternelle                                                                 I                               I
Sosa 6 : son grand-père maternel                                                                  2                             3
Sosa 7 : sa grand-mère maternelle                                                                                I
Sosa 8 : père de sosa 4                                                                                                 1
Sosa 9 : mère de sosa 4
Sosa 10 : père de sosa 5                                                                                           
Sosa 11 : mère de sosa 5
Sosa 12 : père de sosa 6
Sosa 13 : mère de sosa 6
Sosa 14 : père de sosa 7
Sosa 15 : mère de sosa 7
Subrogation : opération qui substitue (remplace physiquement) une personne ou une chose à une autre. Pour un mariage, une personne peut ainsi avoir été déléguée par l'un des parents d'un des futurs époux, afin de le représenter et d'exercer ses droits à cette occasion
Surnom : sobriquet, vocable de fantaisie donné à une personne par un tiers
Syndic : Sous Ancien Régime, le syndic est un notable chargé de représenter, d'administrer, et de défendre les intérêts d'une paroisse ou d'une communauté rurale. Dans le cas d'une paroisse, il est généralement élu par une assemblée de communiers, constitués de chefs de famille de la paroisse


Tabellion : Officier public qui, dans les juridictions subalternes et seigneuriales, faisait les fonctions de notaire
Tables annuelles : constituent les listes alphabétiques dressées à la fin de chaque année récapitulant tous les actes d'état civil enregistrés dans une commune. Chaque acte porte un numéro d’ordre
Tables décennales : registres portant sur 10 ans le relevé des naissances, mariages et décès d’une commune. Le classement se fait par ordre alphabétique, comme un répertoire en reprenant les noms, prénoms et date de l’évènement d’état civil et le numéro renvoyant au registre annuel
Terrier : registre foncier d’une seigneurie dans la France de la fin du Moyen-Âge et de l’Ancien Régime
Testament : acte juridique unilatéral par lequel une personne le testateur qui exprime ses dernières volontés et dispose de ses biens pour le temps qui suivra sa mort
Tontine : opération par laquelle plusieurs personnes constituent, par des versements, un fonds commun qui sera capitalisé pendant un certain nombre d’années. Ce fonds devient la propriété au dernier survivant. Ce principe a été imaginé au XVIIème siècle par le banquier Tonti
Thermidor : 2ème mois d’été (chaleur) du calendrier républicain commençant le 19 ou 20 juillet et se terminant le 17 ou 18 août selon les années
Toponymie : Science étudiant l'origine des noms de lieux
Transcription : copie d'un texte ancien, rédigée en langage actuel
Travaux forcés : la condamnation des criminels aux travaux forcés remonte au XIVe siècle, lorsque le roi Charles IV y vit un moyen de pallier le manque de bras pour faire avancer ses galères. Avant le décret du 17 juin 1938 les condamnés aux travaux forcés étaient transférés dans des bagnes en France Rochefort (1777-1854), Toulon (1748-1873), Brest (1752-1858) … puis dans des bagnes coloniaux (Cayenne en Guyane française, Nouvelle-Calédonie...) et dans des bagnes militaires français comme Tataouine en Tunisie fermé en 1938. La peine de travaux forcés a été supprimée par ordonnance du 4 juin 1960 et remplacée par la réclusion criminelle à perpétuité
Trisaïeuls : désignent les arrière arrière-grands-parents
Tutelle : régime de protection par voie de représentation certains mineurs qui a une certaine époque était orphelins de l’un ou l’autre ou des deux parents. Ce sont souvent oncles, tantes qui sont désignés. La tutelle prenait fin aux 14 ans pour les garçons et 12 ans pour les filles.
Le tuteur était alors remplacé par un curateur, jusqu’à la majorité de 25 ans.
Tuteur : lorsque le père meurt (le décès de la mère ne donne lieu à tutelle que si le père est pré-décédé), il appartient à la famille de se substituer à lui, pour gérer et protéger son patrimoine en nommant un tuteur. Le tuteur est désigné par le père dans son testament (tutelle testamentaire) ou conférée par le juge (tutelle dative)


Usufruit : droit réel qui confère à son titulaire le droit d’utiliser la chose (biens fonciers, champs, labour,...) et d’en percevoir les fruits mais non celui d’en disposer lequel bien appartient au nu-propriétaire
Utérin(e) : se dit de frères et sœurs nés de la même mère mais qui n’ont pas le même père


Vendémiaire : mois d’automne (vendange) premier mois de l’année républicaine commençant le 22, 23 ou 24 septembre et se terminant le 21, 22 ou 23 octobre selon les années
Vente : contrat par lequel une personne le vendeur, transfère ou s’engage à transférer un bien à une autre personne l’acheteur, qui a l’obligation d’en verser le prix en argent
Ventôse : 3ème mois de l’hiver (vent) du calendrier républicain et commençant le 19, 20 ou 22 février et se terminant les 20 et 21 mars selon les années